Des AMP individuelles aux réseaux cohérents: allez de l'avant !

Organisateur : CAR/ASP

Modérateurs: Chedly RAIS, Okianos (Tunisie) & Atef LIMAM, CAR/ASP 

 

Un réseau peut comprendre plusieurs AMP de différentes tailles, localisées dans des habitats critiques, contenant des composantes d’un type d’habitat particulier ou des parties de différents types d’habitats importants et interconnectées par le mouvement des animaux et des propagules végétales..

 

Résumé de la session

 

Un réseau d’AMP peut être défini comme un ensemble d’AMP ou de réserves individuelles, fonctionnant en synergie et en coopération, à différentes échelles spatiales et avec une variété de niveaux de protection conçus pour atteindre les objectifs qu’une seule réserve ne peut atteindre.


Pas n’importe quel ensemble d’AMP ne constitue un réseau d’AMP. Un réseau peut comprendre plusieurs AMP de différentes tailles, localisées dans des habitats critiques, contenant des composantes d’un type d’habitat particulier ou des parties de différents types d’habitats importants et interconnectées par le mouvement des animaux et des propagules végétales. Ils doivent être placés, dimensionnés et espacés de façon appropriée pour fonctionner collectivement comme un réseau écologique cohérent et atteindre avec succès les objectifs liés à la biodiversité.


L’objectif principal de la session est de souligner et montrer l’importance de la mise en place d’un réseau cohérent d’AMP en Méditerranée, qui pourra servir comme outil pour la protection de la biodiversité et des fonctions des écosystèmes. Ainsi, les modérateurs tâcheront de favoriser les échanges autant que possible et d’allouer du temps pour discuter (i) la représentativité du réseau méditerranéen d’AMP, (ii) les outils scientifiques existants pour promouvoir la connectivité des AMP en Méditerranée, et (iii) les principaux défis et actions suggérées pour le développement d’un réseau cohérent d’AMP en Méditerranée.

 

 


 

► Recommandations de la session:

 

1- La planification du réseau d’AMP devrait s’appuyer davantage sur des connaissances scientifiques fiables, notamment :
    a. En comblant les lacunes de connaissances relatives à la répartition des habitats, aux inventaires exhaustifs d’espèces, au processus écologique et au transport par les masses d’eau;
    b. En mettant en place une plateforme d’experts qui servirait de groupe de réflexion pour alimenter les processus de gestion et de planification des AMP par une orientation scientifique.

 

2- Le réseau d’AMP en Méditerranée serait plus représentatif du milieu marin de la région s’il tenait compte des habitats sous-représentés et autres éléments, notamment les aires marines entre 100 et 1000 m avec leurs substrats durs et meubles, et les plages fossiles. La colonne d’eau mériterait d’être davantage prise en compte dans la planification des AMP.

 

3- La connectivité des AMP devrait être abordée tant en termes d’habitats qu’en termes de gestion, de caractéristiques physiques et de visibilité auprès du grand public.

 

4- L’amélioration de la connectivité au sein du réseau d’AMP en Méditerranée ne devrait pas constituer de barrière à l’extension des AMP en termes de nombre et de superficie.

 


 

 

ETUDE DE CAS 1 : Caractérisation écologique des sites d’intérêt pour la conservation au Liban

Intervenants : Zeina HASSAN, Ministère de l’Environnement du Liban (Liban) & Ghazi BITAR, Université Libanaise, Faculté des Sciences (Liban)
Dans le cadre de sa stratégie des AMP du Liban, le Ministère de l’environnement en collaboration avec le CAR/ASP et l’UICN, a mis en œuvre deux projets dont les deux principaux objectifs sont la création d’un réseau national d’AMP et l’appui à la gestion des AMP. Pour cela une équipe multidisciplinaire a accompli une des priorités du MoE qui est l’identification de 9 sites côtiers et marins. Les analyses faites et les différents indices et évaluations employés répartissent les sites étudiés en 3 catégories de zones : une zone centrale à protection forte, une zone tampon à protection moyenne et une zone périphérique à protection faible.

 

ETUDE DE CAS 2 : Les motivations, les principes et l’élaboration d’une approche pan-européenne pour décrire la cohérence du réseau d’AMP dans les eaux européennes

Intervenants : Giulia MO et Sabrina AGNESI, Consortium du Centre thématique européen sur les eaux intérieures, côtières et marines (ETC/ICM) & l’Institut national italien pour la protection de l’environnement et la recherche (ISPRA) (Italie)
Le Centre thématique européen sur les eaux intérieures, côtières et marines (ETC/ICM) a élaboré un cadre méthodologique pour mesurer la cohérence du réseau européen d’AMP et permettre d’informer sur plusieurs objectifs de politiques de l’UE. Ce cadre suit les principes d’évaluation appliqués aux plans international et régional. Les AMP, déclarées par les Etats membres de l’UE dans la base de données commune pour les Aires désignées (sites nationaux), la base de données de Natura 2000 (Directives Habitats et Oiseaux) et les Conventions maritimes régionales, sont comparées à plusieurs objectifs et caractéristiques analogues au plan régional. La méthodologie proposée s’appuie sur l’analyse des données spatiales pan-européennes disponibles afin d’identifier les réponses communes des mers d’Europe.

 

ETUDE DE CAS 3 : Renforcer l’interface science-politique dans le domaine des Aires Marines Protégées et de la biodiversité marine en Méditerranée

Intervenants : Didier SAUZADE et Antoine Lafitte, Plan Bleu - PNUE/PAM
Adossé 2ème Forum des AMP Méditerranéennes, le Plan Bleu organise un atelier dédié à la “Mise en œuvre de l’approche écosystémique en Méditerranée et le renforcement de l’interface entre science et politique”. L’association des deux événements permettra aux scientifiques, aux gestionnaires d’AMP et aux décideurs politiques de proposer des solutions concrètes pour mettre en œuvre les feuilles de route relatives aux AMP en Méditerranée. Cet atelier permettra aussi de répondre aux besoins de recherche scientifiques pour la mise en œuvre du Programme Intégré de Surveillance et d’Évaluation de la mer et des côtes Méditerranéennes pour la biodiversité marine, aux échelles régionale et nationale...

 

ETUDE DE CAS 4 : Dans quelle mesure votre AMP atténue-t-elle les menaces? Évaluer l’adéquation des AMP à lutter contre les pressions anthropiques au moyen du système de classification fondé sur la réglementation

Intervenant : Joachim CLAUDET, Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) (France)
En vue de répondre aux objectifs internationaux, le nombre d’aires marines protégées a vu une croissance exponentielle au cours de ces dix dernières années. La majorité d’entre elles sont des aires partiellement protégées (APP). Toutefois, leur efficacité écologique est encore floue en raison de la forte variabilité des utilisations autorisées en leur sein. Nous démontrons ici, après classement des APP, suite au système de classification axé sur la réglementation récemment élaboré et au moyen d’une méta-analyse, que les APP fortement et modérément réglementées offrent plus d’avantages écologiques. Les APP faiblement réglementées ne montrent, quant à elles, aucune différence comparativement aux aires non protégées. Il convient de noter que l’efficacité des APP modérément réglementées est améliorée par la présence d’une aire entièrement protégée adjacente (une zone d’interdiction d’exploitation).