Suivis pour la gestion : la valeur ajoutée d’une approche en réseau

Organisateurs: Agence des AMP, MedPAN & UICN

Modérateurs: Boris Daniel, Agence des AMP (France) & Chloë Webster, MedPAN

 

La problématique du changement climatique, illustrée par les espèces invasives s’appréhende à une échelle large quand on parle d’adaptation et d’évolution des pratiques. Au-delà de la nécessaire information scientifique qu’il faut encadrer, il s’agit bien ici d’anticiper les changements en cours ou futurs..

 

Résumé de la session

 

Les questions de conservation liées aux espèces très mobiles ou le changement climatique soulignent explicitement l’importance et la valeur ajoutée d’une approche basée sur le réseau d’AMP comme un outil de surveillance et de gestion.


De nombreuses espèces se déplaçant sur de grands espaces, leur conservation ou leur gestion ne peut s’apprécier qu’à une large échelle.
La problématique du changement climatique, illustrée par les espèces invasives s’appréhende à une échelle large quand on parle d’adaptation et d’évolution des pratiques. Au-delà de la nécessaire information scientifique qu’il faut encadrer, il s’agit bien ici d’anticiper les changements en cours ou futurs.


Pour apprécier ces évolutions des protocoles simples et comparables doivent pouvoir être mis en place. La force d’un réseau d’AMP travaillant sur les mêmes lignes directrices permet d’avoir une idée précise de l’état de la Méditerranée et du rôle important joué dans sa résistance aux pressions par les AMP. Le rôle d’un réseau d’AMP opérationnel et efficient prend ici tout son sens :

- dans la nécessité de coordonner les mesures de gestion ;
- dans un contexte écologique et politique plus large pour la définition des objectifs de l’AMP : Natura 2000, DCSMM, approche écosystémique de la Convention de Barcelone,  surveillance intégrée du CESP, Programme d’évaluation (IMAP) ;
- dans les partenariats possibles de coopération – « notion de solidarité écologique ».

La proposition ouverte pour développer des groupes dédiés de gestionnaires et d’experts pour aborder ces questions de gestion qui pourraient s’appuyer sur le réseau d’AMP sera débattue.

 

 


 

► Recommandations de la session

 

1- Valoriser/élaborer une technique et un réseau d’AMP opérationnel en vue de surveiller l’état de la Méditerranée (approche mondiale, séries à long terme).

 

2- Créer des groupes d’experts, de gestionnaires et de parties prenantes sur des questions communes (espèces envahissantes, surveillance des habitats, espèces très mobiles).

 

3- Promouvoir la solidarité écologique dans la politique de conservation : échanges, formation, projets, fonds.

 


 

 

ETUDE DE CAS 1 : Stratégie de lutte contre les espèces invasives de poisson dans les AMP et les façades

Intervenants :  Maria Del Mar Otero, IUCN Med & Carlos Jimenez (Espagne)
Aujourd’hui, un grand nombre d’espèces exotiques envahissantes se sont établies dans plus de 180 AMPs méditerranéennes réparties dans 19 pays côtiers. L’arrivée récente de nouvelles espèces telles que le poisson lion dans les AMP méditerranéennes et sa propagation rapide ainsi que les dernières observations sur d’autres envahisseurs soulignent l’importance d’identifier et de définir les meilleures pratiques pour répondre de façon efficace à ces invasions dans les aires protégées en collaboration avec différentes parties prenantes. Ce side event examinera les impacts économiques et environnementaux potentiels ainsi que les options de gestion pour 2 des espèces de poissons les plus envahissantes aujourd’hui en Méditerranée, le lionfish (Pterois miles) et le pufferfish (Lagocephalus spp). Il comparera les résultats avec des cas semblables dans les Caraïbes et discutera de la façon de parvenir à un consensus parmi les participants à l’atelier sur les actions potentielles à développer ensemble et sur différents sites.

 

ETUDE DE CAS 2 : Protocole de surveillance croate du Coralligène et réseau d’AMP: valoriser des actions locales pour construire l’évaluation globale de sa conservation

Intervenante :  Silvija Kipson, Université de Zagreb (Croatie)
Afin de satisfaire aux exigences en matière de rapportage  et de surveillance de la directive Habitat (92/43 / CEE) de l’UE pour l’habitat  prioritaire «1170 Récifs», le protocole national de surveillance du coralligène a été récemment élaboré en Croatie. Les sites de surveillance ont été choisis dans le but d’englober toute la zone géographique de cet habitat caractérisé par différentes conditions environnementales et soumis à une pression humaine variable. L’application de protocoles normalisés au sein du réseau des AMP offre une plateforme aux gestionnaires pour fournir des normes communes pour évaluer l’état de conservation du coralligène et son évolution, mais également pour évaluer l’efficacité des mesures de conservation et assurer une gestion adaptative de la manière la plus rentable.

 

ETUDE DE CAS 3 : Responsabilité partagée pour la conservation: exemples autour d’espèces très mobiles

Intervenant :  Boris Daniel, Agence des Aires Marines Protégées (France)
La conservation des espèces très mobiles tels que les cétacés, les oiseaux marins ou encore les tortues marines doit s’appréhender à large échelle. A travers ces trois taxon et de l’illustration de différents cycles biologiques, la présentation très générale s’attachera à aborder la notion de responsabilité partagé de la conservation. Une responsabilité partagée entre des aires parfois très éloignés géographiquement mais accueillant des zones fonctionnelles vitales pour le maintien de l’espèce (nourricerie, reproduction, etc.). Sur ce constat simple la notion de solidarité écologique sera soulignée.